Informations complémentaires

Conseils pour une protection accrue
Je suis un bon conducteur. Je peux néanmoins contribuer à accroître ma sécurité au volant.

Même les conducteurs les plus sûrs peuvent contribuer fortement à la prévention des accidents. Voici quelques conseils pour circuler en toute sécurité:

  • Assurez-vous que votre véhicule est en bon état. Attachez toujours votre ceinture de sécurité.
  • Réglez correctement les appuis-tête: à hauteur du sommet du crâne et aussi près que possible de la tête.
  • Dans la mesure du possible, évitez les heures de pointe.
  • Faites un cours de remise à niveau. Les véhicules, les routes et les règles de circulation changent régulièrement. Le TCS, l’ACS et certaines auto-écoles proposent des cours correspondants.
  • Surveillez, grâce à cette auto-évaluation, votre aptitude à la conduite ou faites évaluer cette dernière par un médecin ou un autre spécialiste. Il est recommandé de s’adresser à un conseiller à la conduite*.
  • Ne prenez pas le volant si:
    • vous avez bu de l’alcool;
    • vous êtes fatigué;
    • vous ne vous sentez plus capable de conduire.
  • Prenez au sérieux les remarques de vos passagers.

*Moniteur d’auto-école expérimenté qui a suivi un cours de perfectionnement auprès de la SFV (www.fahrberater-sfv.ch) pour travailler avec les conducteurs d’un certain âge. Cette «spécialisation» n’est pas encore répandue en Suisse romande.

Visite fructueuse chez le médecin
Certaines de mes réponses à ce questionnaire m’incitent à me faire examiner par un médecin. Comment être sûr que celui-ci comprendra mes craintes et répondra à mes besoins?

Les cabinets médicaux désemplissent rarement. Peut-être pensez-vous dès lors que votre médecin n’aura pas assez de temps pour aborder vos craintes. Les conseils suivants peuvent contribuer à ce que ces dernières soient prises au sérieux:

  • Considérez votre relation avec votre médecin comme un partenariat. Votre tâche consiste à poser activement des questions et à exprimer vos craintes. Celle du médecin est de répondre à vos besoins.
  • Avant votre rendez-vous médical, notez vos questions et vos craintes sur un papier, que vous emporterez le jour venu.
  • Demandez à une personne de confiance de vous accompagner chez le médecin. Elle l’écoutera, notera les informations et veillera à ce que vos craintes soient prises au sérieux.
  • Posez d’abord vos questions les plus urgentes et exprimez vos craintes.
  • Soyez honnête avec votre médecin pour qu’il puisse vous aider au mieux. Les informations que vous lui donnez sont protégées par le secret médical. Il est certes autorisé à informer le service des automobiles s’il l’estime nécessaire, mais il n’y est pas tenu. Parlez-en avec lui.
  • Prenez des notes pour plus tard. Demandez à votre médecin de vous noter les informations importantes.
Course test avec un conseiller à la conduite
J’aimerais faire évaluer mon aptitude à la conduite. J’ai peur que mon permis me soit retiré.

Vous pouvez faire évaluer votre aptitude à la conduite sans que cela n’entraîne un retrait de permis. Adressez-vous à un conseiller à la conduite*. Il vous dira comment mesurer vos capacités et vous donnera également de précieux conseils.

  • Examinez les résultats avec sincérité et honnêteté.
  • S’ils révèlent des problèmes de conduite, vous devriez modifier ou limiter vos habitudes afin de circuler aussi sûrement que possible et de conserver ainsi votre permis de conduire. La personne qui vous évalue peut vous donner des conseils utiles en la matière.
  • Soyez toutefois prêt à renoncer totalement à conduire pour éviter de graves accidents. Pour votre bien et pour celui des autres.

*Moniteur d’auto-école expérimenté qui a suivi un cours de perfectionnement auprès de la SFV (www.fahrberater-sfv.ch) pour travailler avec les conducteurs d'un certain âge. Cette «spécialisation» n'est pas encore répandue en Suisse romande.

Alternatives à la conduite
Je souhaite rester mobile tout en conduisant le moins possible ou en renonçant totalement à conduire.

En fonction de votre lieu de domicile, de votre destination et de votre capacité à marcher, il existe plusieurs possibilités pour vous déplacer sans voiture. Voici une liste d’autres moyens de transport:

  • Tramways, bus, trains: les horaires sont consultables en ligne ou disponibles auprès des entreprises de transport.
  • Taxis: informez-vous sur les services de taxi dans votre région (annuaire, Internet).
  • Services de transport: des organisations comme la Croix-Rouge suisse ou Pro Senectute proposent des services de transport qui sont généralement moins chers qu’un taxi.
  • Covoiturage: certaines communes proposent du covoiturage à des groupes cibles comme les seniors. Ce service est généralement axé sur les besoins du groupe cible. Informez-vous auprès de votre commune.
  • Particuliers: les membres de votre famille, vos amis ou vos voisins sont certainement disposés à vous conduire quelque part. Peut-être hésitez-vous à demander de l’aide. Vous pouvez cependant vous montrer reconnaissant en payant l’essence ou en les invitant à manger.
  • A pied ou à vélo: selon votre état de santé, vous pouvez effectuer quelques trajets à pied ou à vélo. Cette option présente également un autre avantage: elle vous aide à rester en forme. Un vélo électrique peut s’avérer utile.
Rester mobile
Mon aptitude à la conduite semble adéquate pour le moment, mais cela pourrait changer. J’aimerais continuer à me déplacer librement à l’avenir.

Tout comme nous planifions notre retraite, nous pouvons prévoir la manière dont nous nous déplacerons lorsque nous n’aurons plus de véhicule. La plupart des personnes conduisent moins avec l’âge. Elles renoncent par exemple à rouler de nuit. Beaucoup décident un jour de ne plus conduire du tout. Voici ce que vous pouvez faire pour continuer à vous déplacer sans problème à l’avenir:

  • Surveillez régulièrement votre aptitude à la conduite, car elle peut rapidement se dégrader. La présente auto-évaluation peut vous y aider. La diminution des facultés devrait toujours être évaluée par un médecin ou par d’autres spécialistes.
  • Veillez à vous exercer suffisamment, même si votre partenaire aime conduire. Une pratique régulière de la conduite contribue à davantage de sécurité au volant.
  • Lorsque vous cherchez un nouveau logement, demandez-vous toujours comment vous pourrez vous déplacer si vous ne conduisez plus. D’autres moyens de transport (p. ex. bus, tramways ou taxis) peuvent-ils vous éviter de conduire de nuit ou par mauvais temps? Des membres de votre famille ou des amis qui pourraient vous aider habitent-ils à proximité?
  • Prenez de temps à autre le taxi, le tramway, le bus ou le train pour vous familiariser avec ces moyens de transport au cas où vous devriez les utiliser davantage à l’avenir.
Aider d’autres conducteurs d'un certain âge
Je connais quelqu’un qui a de plus en plus de mal à conduire. Comment l’aider?

Si vous remarquez qu’une personne a du mal à conduire, vous devriez exprimer ouvertement vos craintes. Ce n’est certes pas facile, mais ce feed-back est précieux pour la personne concernée. Voici quelques conseils utiles pour l’aider:

  • Parlez avec son conjoint ou ses amis et demandez-leur s’ils ont également remarqué une conduite peu sûre. Déterminez comment vous pourriez en parler à l’intéressé.
  • Abordez cette auto-évaluation avec cette personne. Demandez-lui de la faire seule ou répondez-y ensemble.
  • Proposez de servir de chauffeur de temps à autre.
  • Si vous vous inquiétez pour un membre de votre famille, vous pouvez également en informer son médecin et le prier d’en parler avec cette personne lors d’un prochain rendez-vous.
  • Aidez les personnes concernées à conduire toujours moins et à prendre les dispositions correspondantes.